Sept ennemis de la pousse des cheveux

  • par
7 ennemis de la pousse des cheveux
Image par efes de Pixabay

Depuis mes 18 ans, je souffre de casse de mes cheveux. Pendant longtemps, cela était du au défrisage, bien trop agressif pour mes cheveux. Puis lorsque je suis devenue nappy, j’ai remarqué que ce phénomène avait tendance à se ralentir,mais n’avait pas complètement stoppé. J’étais tellement obnubilée par la pousse de mes cheveux que je dépensais des fortunes en lotions et autres produits pour avoir des cheveux plus longs. J’ai finalement trouvé un remède miracle (fait maison en plus) que j’utilise en temps de crise, mais j’en avais marre, lorsque je gagnais quelques centimètres, d’en perdre deux trois mois après, et de voir ma chevelure stagner au même niveau.

Je me suis donc penchée sur la question, et j’ai identifié de nombreux ennemis à la pousse de nos cheveux, que j’ai compilé dans une liste (non exhaustive)

Quels sont les éléments qui font que les cheveux se cassent et ralentissent leur pousse? Comment y remédier?

  1. La déshydratation
  2. Le calcaire
  3. L’hiver
  4. Les ongles
  5. La grossesse
  6. Le stress
  7. La paresse

1. La déshydratation

Pour fonctionner correctement, le corps humain a besoin d’eau. Et il en est de même pour nos cheveux. L’apport ne doit pas seulement être externe, par le biais de vaporisateurs ou autres crèmes hydratantes, mais aussi interne (nous perdons beaucoup d’eau par la transpiration, d’où l’intérêt de boire beaucoup). Pour un effet maximal, il vaut mieux boire de l’eau pure et éviter les sodas et autres sucreries, le sucre accélérant la déshydratation, comme le sel. La ration quotidienne est d’1,5 à 2 litres d’eau par jour. Si vous sentez que vous êtres carencée, n’hésitez pas à boire des eaux un peu plus minéralisées type Contrex ou Vittel, riches en magniésium. Personnellement, je n’aime pas l’eau, du coup je me rabats sur des eaux de source type Volvic, car je trouve leur goût moins ferreux.

2. Le calcaire

Dans certaines régions françaises, l’eau est extrêmement dure. Et pour la peau tant que pour les cheveux, c’est un vrai calvaire. Tout comme pour nos canalisations, le calcaire a un effet asséchant, raison pour laquelle on peut avoir des dépôts blancs sur la peau, comme si on avait été frottée à la craie (j’ai une recette de baume hydratant imparable pour ça). Pour nos cheveux, d’autant plus s’ils sont crépus, le calcaire les fragilise vraiment, et agit comme un abrasif. Du coup, on croit bien faire en multipliant les masques, en adoptant le no-poo ou le low-poo, mais tous nos efforts sont gâchés à partir du moment ou nous rinçons nos cheveux à… l’eau.

Pour tenter d’endiguer ce problème, je ne rince plus mes cheveux à l’eau pure, mais j’utilise des eaux de rinçage, dont vous trouverez les différentes recettes ici. Cela me permet de limiter voire de limiter l’exposition de mes pointes au calcaire, et d’avoir une chevelure beaucoup plus soyeuse et qui casse beaucoup moins.

3. L’hiver

Comme le calcaire, le froid de l’hiver a également un effet asséchant de notre chevelure. Avec les températures basses, nos cheveux deviennent comme du verre, et cassent au moindre frottement. C’est donc une très mauvaise idée de porter une afro libre en hiver, au risque de perdre une partie de ses longueurs. La solution est de les manipuler le moins possible, et d’opter pour une coiffure dite « protectrice ».

Si vous portez des rajouts, faites attention à ne pas les porter trop longtemps ni trop serrées. Évitez les tissages, qui étouffent le cheveux et peuvent causer une alopécie de traction en cas de mauvaise exécution. Vous pouvez par exemple porter des tresses collées ou des nattes libres sur vos propres cheveux, des vanilles… Ou encore porter des « updo », ces coiffures qui s’apparentent au chignon et qui sont très faciles à faire au quotidien. En fait, toute coiffure qui protège vos pointes est une coiffure protectrice, si elle n’est pas trop serrée.

4. Les ongles

Les ongles, lorsqu’ils sont trop longs, ou lorsqu’ils ne sont pas limés, agissent comme de vraies lames sur nos cheveux. Alors que vous les coiffez, les ongles vous coupent littéralement quelques millimètres; et quelques millimètres chaque jour, ça finit par faire quelques centimètres, et sans s’en rendre compte vos cheveux cassent.

Veillez donc à bien vous couper les ongles régulièrement, afin d’éviter de perdre des longueurs bêtement.

5. La grossesse

Ou plutôt, la période post-accouchement. Parce que normalement, pendant la grossesse, on a des cheveux magnifiques, qui poussent tous seuls, sans le moindre effort. Cependant, pour la plupart d’entre nous, les choses se gâtent quelques mois après avoir accouché, d’autant plus si on allaite. Personnellement, mes cheveux de devant se cassent environ 2-3 mois après l’accouchement, et je suis obligée de faire une cure d’orties pour tenter de remédier à la situation (si ça vous intéresse, la recette est ici).

Pour ça, peu de remèdes. Si vous êtes carencée en fer, prenez du fer. Il y a également pléthore de compléments alimentaires sur le marché, mais je ne suis pas sûre qu’ils aient une quelconque efficacité dans ce cas. Malheureusement perdre des cheveux après la grossesse est souvent inévitable, et la seule chose que l’on puisse faire c’est de refaire partir la pousse. Parfois, il faudra passer par la case ciseaux pour égaliser la coupe, et laisser les cheveux pousser tout en les soignant régulièrement. C’est pas plus mal, ça vous laisse l’occasion de vous réapproprier votre image, souvent mise à mal pendant la grossesse, et de reprendre de nouvelles habitudes capillaires.

6. Le stress

Lorsque l’on traverse des moments difficiles, notre corps peut manifester le stress de diverses façons. Et parfois, cela passe par des cheveux qui cassent, voir même qui tombent. Il y a malheureusement de nombreuses personnes qui souffrent d’alopécie non pour raisons médicales, mais parce qu’elles ont subi un choix émotionnel ou un excès de stress. La cause étant surtout psychologique, il faut éviter, au maximum, toute forme de stress. Facile à dire, me direz-vous, et je suis plutôt d’accord avec vous, on n’est jamais à l’abri de la pression ou des épreuves de la vie. Lorsque cela arrive, essayons de ne pas nous laisser dépasser par ces événements.

7. La paresse

A cause de la flemme, il m’est arrivé d’avoir les cheveux abîmés. Flemme de tresser mes cheveux le soir, flemme de faire mon soin… Il est vrai que depuis que je suis maman, toute mon énergie passe pour mes enfants, et quand ils sont couchés, à l’école ou chez leurs grands parents, je préfère consacrer mon temps à faire des choses que je n’ai pas le temps de faire, comme la couture, le tricot, ou trouver de nouvelles idées de business. Alors passer des heures à m’occuper de mes cheveux, très peu pour moi. Mais quand je me décide à faire quelque chose, je me rends compte que mes cheveux sont rêches et cassants. Pour avoir des cheveux en pleine santé et qui poussent, il faut de la régularité. J’ai donc décidé de remédier à cela, et j’ai conçu des recettes riches en principes actifs, qui me permettent d’avoir des cheveux en bonne santé tout en gagnant du temps. Ainsi, je consacre moins de temps à ma chevelure, pour des résultats encore meilleurs que quand j’y consacrais des heures, pour finalement être déçue.

J’espère que ces quelques conseils vous permettrons d’avoir des cheveux pleins de vie, dont vous serez fière, et qui ne casseront plus. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous identifiez d’autres ennemis à la pousse des cheveux!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *